EPISODE 19 - Sport

Publié le par Hélène

Me rendre à la salle de sport m'avait demandé un effort considérable. La salle se trouvait à 3 rues de chez moi ce qui équivalait à environ 15 minutes de marche. Ces quelques mètres à parcourir m'avaient déjà épuisée car se nourrir exclusivement de pizza avait mis à mal et mes membres et mon cardio. Arrivée de la salle, j'entrevis à travers la vitre un tas de gens se donnant à fond sur les vélos, tapis de marches, rameurs et autres machines de torture. Il y avait ceux qui courraient comme si c'était la dernière course de leur vie et ceux qui marchaient comme s'ils étaient là par obligation. Moi, je savais déjà dans quel groupe je me trouverai ... le second!
-“Bonjour, c'est pour...?”
Ben c'est pour quoi à ton avis?
-“Bonjour c'est pour un cours d'essai.” Ben oui il était hors de question que je m'inscrive sans avoir testé non pas les machines, mais, mes capacités.
15 minutes après j'étais en tenue, sur un tapis, et Franck le coach sportif me montrait comment programmer le tapis.
- “Alors là tu rentres ton âge.”
- “36”
- “Ici ta taille”
- “165”
- “et là ton poids”
...
...
...
- “C'est obligatoire?”

Pendant 30 minutes il me demandait de faire du fractionné pour voir dans quel état mon cardio. 2 minutes de course, 30 secondes de marche, 2 de course, 30 secondes de marche. ... Au début il était assez calme, je le trouvais doux et encourageant dans l'effort et puis soudainement les “mais couuuuuurrrrrsssss, vas-yyyyy làààà, pousse - pousse à fond, pouuuuusssse ” étaient devenus ses maîtres mots. Moi je courrais, je vous jure, je donnais tout ce que j'avais mais au son de sa voix on aurait dit que ce n'était pas assez. J’aperçus sur le sol à côté de mon tapis, une masse qui bougeait. Je me concentrai dessus et je distinguai un cœur et deux poumons. En fait, c'était MON cœur et MES poumons! Je n'avais plus d'air, j'avais du mal à respirer ...
-“je vais mourir, je vais mourir ...”
-“...3...”
-“...2...”
-“...1... C'est bon”. Le coach arrêta l'instrument de torture.
Je m'écroulai sur le tapis.
-“Eh bien t'en as sous le capot!” Me lança-t-il. Puis il ajouta :“Si on continue comme ça, dans 6 mois tu seras une bombe!”
Si ON? ON ne va rien continuer du tout, Franck était un fou furieux qui avait essayé de me tuer. Je ne reviendrai jamais, JAMAIS!

Deux jours plus tard, malgré d'intenses courbatures, j’étais sur ce même tapis, Franck à côté de moi me criait dessus.  J'avais signé pour 12 mois de torture.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article