ÉPISODE 27 - JF recherche appartement

Publié le par Hélène

Cela faisait 6 mois que je puisais dans mes économies pour payer la partie du loyer et le reste des autres charges qui incombaient à l'appartement. Et j'avais, de ce fait, bien entamé l'épargne que j'avais commencé à constituer en 2008 pour mon éventuelle congélation d'ovocytes, à faire éventuellement en Espagne, si éventuellement je ne trouvais personne avant mes 40 ans. Et oui, c'était l'époque où ma recherche de l'amour me rendait prévoyante. Et puis j'avais rencontré Édouard et mon épargne spéciale ovocytes était devenue une épargne... retraite, oui vu à quel point je n'y touchais jamais. Et j'avais bien fait car sans elle les derniers mois n'auraient pas été vivables. Zut! Faudrait peut-être que je repense à la congélation de mes ovocytes... .

Depuis ma décision de déménager, j'écumais tous les sites de location d'appartements : seloger, pap, le bon coin ... mais malheureusement, je n'avais pas eu autant de chance dans mes recherches que pour trouver mon appart actuel et ma recherche s'avérait ardue. J'avais rayé Paris, ce n'était même pas la peine d'espérer trouver quoi que ce soit dans mon budget. Il ne me restait plus que la banlieue. Ne pensez pas que je suis comme ces parisiens qui pensent qu'en dehors de Paris intra muros le reste de l'île de france n'existe pas ou n'est qu'un no mans land. Non non et non je suis née en banlieue et j'y ai vécu jusqu'à ce que j'emmènage avec Edouard. Née à Rosny-sous-Bois, j'y ai grandi jusqu'à ce qu'avec mes parents, mon frère et moi, déménagions à Villeparisis et que plus tard je prenne mon appartement à Saint-Maur-des-Fossés. Donc, la banlieue je connaissais. Mais j'avoue qu'après 8 ans à vivre dans Paris dans un quartier au top, retourner en banlieue, quel qu’elle soit, me chagrinais un peu. Je m'étais tellement habituée à être à proximité de tout mais bon c'était comme ça, c'était la vie.
J'avais déjà visité quelques appartements mais il y avait toujours quelque chose qui clochait : appartements mal agencés, en mauvais état, trop loin de la gare, quartiers pas terribles enfin je veux dire mal famés, c'est comme ça qu'on dit non?

Mais certaines visites étaient parfois délicieusement cocasses. Alors que j'étais allée visiter un appartement à Saint-Ouen, lorsque que j'étais arrivée devant l'entrée de l'immeuble je fus accueillie par 5 jeunes garçons qui étaient assis sur la petite marche qui menait à l'interphone. L'un d'entre eux, qui semblait être le plus âgé de tous - il devait avoir environs 12-13 ans - s'était levé et m'avait gentiment ouvert la porte car l'interphone ne marchait plus.
Après la visite de l'appartement qui était très mignon soit dit en passant mais bien trop petit, lorsque que je redescendis j'eus le droit au même égard. Le même garçon qui m'avait ouvert la porte s'approcha de moi et sorti de sa poche des petits sachets de comprimés aux couleurs différentes en me demandant si j'étais intéressée... . Tout d'abord surprise, je refusai aussi gentiment qu'il me les avait proposé et souris en voyant le regard noir que l'agent immobilier lui avait lancé. En partant je pensai que ces jeunes garçons serviables seraient certainement d'une grande aide pour m'aider à porter mes sacs de courses si je choisissais d'habiter dans cette immeuble dont l'ascenseur était régulièrement en panne d'après ce que m'avait avoué l'agent immobilier. Mais était-ce judicieux de choisir cet appartement avec une option addiction aux petits comprimés de toutes les couleurs juste pour bénéficier de la solidarité entre voisins?

Mais après la pluie vient le beau temps. Après une dizaine de visites plus épuisantes les unes que les autres, je visitai ... comment vous dire... un superbe... un magnifique appartement! Une vue superbe, dégagée, 60 m2 de pur bonheur. Composé d'un grand salon de 25m2, d'une cuisine aménagée de 7m2, d'une chambre de 12m2 et d'une pièce enfin d'un dressing de 10m2, la taille dune chambre vous imaginez!!! Et tout ça à... à... à Saint-Maur-des-Fossés! Oui, ma ville d'avant, ma vie d'avant. Alors oui, il était possible que je retourne à Saint-Maur-des-Fossés mais déjà dans un plus grand appartement que mon ancien studio et en plein centre ville cette fois-ci. J'avais grandi, j'avais mûri,  j'avais vécu, non, cette fois-ci ce serait différent!

Je déposai mon dossier en priant que l'appartement soit pour moi mais il y avait cinq autres dossiers sur cet appartement. Vu comment il était beau c'était normal.
Chaque soir pendant une semaine je ne fis que  prier en imaginant comment chaque matin je danserai dans mon dressing en choisissant mes vêtements et mes chaussures.

Alors que je sortais du métro mon répondeur m'appela :
Vous avez un nouveau message. Message reçu à 17h47 :“Bonjour c'est madame Bruno, je viens de recevoir la réponse du propriétaire, c'est bon l'appartement est pour vous!. Rappelez-moi pour prendre rendez-vous pour la signature du bail.”

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article