EPISODE 6 - Édouard alias Mr Euphorisant Part 2

Publié le par Hélène

Le jour que j'attendais tant était enfin arrivé, enfin! Ils étaient deux à être arrivés à l'agence ce jour là. Édouard, évidemment et Thibault. Édouard 29 ans, beau gosse, bien habillé, l'air sympa et Thibault...heu en fait je n'en savais rien. Depuis l'annonce de l'embauche de ces deux-là les conversations allaient bon train surtout sur le physique d'Édouard. Les filles y allaient de leurs compliments et les mecs de : “mouais, c'est pas tout d'être beau gosse, faudra voir ce qu'il vaut....” Ouais, Édouard était attendu au tournant par tout le monde mais pas pour les mêmes raisons.

Le boss avait organisé un petit déjeuner d'accueil histoire certainement de se mettre les petits nouveaux dans la poche et de pouvoir leur glisser la carotte de la prime dans quelques mois ... . Nous étions tous réunis dans la salle de détente quand il présenta les deux nouveaux arrivants à toute l'équipe. Tout le monde s'était empressé d'aller leur parler mais moi j'étais restée en retrait, non pas que je ne voulais pas, mais il y avait tellement de monde et puis maintenant qu'il était embauché j'aurai tout le temps d'aller lui parler.

Le lendemain matin après une course effrénée pour attraper mon bus je tombai nez à nez avec Édouard. J'avais couru depuis la sortie du métro sur une distance de 2 arrêts et j'avais compté sur les feux rouges et la circulation dense pour rattraper le bus au 3e arrêt. Pendant que je courrais, je sentais mes seins se balancer de gauche à droite, s'arrêter, puis recommencer. P****, je n'avais pas mis le bon soutien gorge, il n'était pas du tout fait pour courir un 400 mètres. Je riais en moi-même en me disant qu'ils (mes seins) devaient ressembler à des ballons qui rebondissaient ... .

J'étais transpirante, mon front brillait et les gouttes de sueur n'attendaient que mon feu vert pour se lancer à l’assaut de mon visage. Assise à la première place que j'avais pu trouver j'essayais de récupérer mon souffle lorsque j'entendis un :“Salut Hélène!”
Je levai la tête et vis Édouard posté devant moi. La honte! C'était vraiment pas le moment pour tomber sur lui. J'étais en sueur et complètement ébouriffée.
Je lançai un : “Salut...Édouard, c'est ça?” Oui c'était bien ça et je le savais mais il fallait que je fasse la fille détachée vu la condition physique dans laquelle j'étais à cet instant précis. Je cherchais ardemment un mouchoir dans mon sac quand il me dit :“Et beh, t'as un sacré cardio!”
Je le regardai l'air interrogateur.
-“Ben oui, je t'ai vu courir derrière le bus pour pas le rater. T’étais tellement concentrée sur ta performance que t'es montée dans le bus sans me voir. T’as donné tout c’que t’avais.”
La honte ultime finit par avoir raison de moi. Donc non seulement il me voyait toute transpirante comme un nem en train de frire mais en plus, il m'avait vu courir derrière le bus avec... avec... mes seins qui ballotaient dans tous les sens. Et beh, comme présentation  je n’aurais pas pu faire mieux. J’aurais mieux fait d’aller lui parler hier, j’aurais donné une autre image de moi. Sans comprendre ni comment ni pourquoi, j’éclatai de rire. J'étais si gênée que je crois bien que ne pouvant pas me cacher sous terre, mon cerveau avait sorti une parade pour échapper à la honte. Il se mit à rire aussi.
Arrivé à l’agence, au moment de prendre les escaliers pour monter à son étage, il me regarda et me sourit. "T’inquiètes pas, je ne dirai à personne que Usain  Bolt travaille à l’agence. Ce sera notre petit secret."

Les jours suivants nous échangions regards et sourires complices quand nous nous croisions. Le midi, avec les collègues nous déjeunions tous ensemble. Jamais assis très loin l'un de l'autre, nous trouvions toujours pleins de sujets de conversation lesquels du coup, nous mettaient à part des discussions avec les autres collègues, un peu en mode contre-soirée. Et puis un midi alors qu'on parlait cinéma, il me lança :"J'ai trop envie d'aller voir le dernier Tarantino, ça te dit?"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article