A gratter...

Publié le par Hélène

Toute la semaine, j’ai essayé d’éviter ça, je pense même avoir été mangé au restaurant presque tous les jours pour oublier, mais à un moment donné, je ne pouvais plus éviter ce que je redoutais le plus : aller faire les courses et remplir mon frigo.

Ce n’est pas que je n’aime pas faire les courses, mais passer des heures dans les rayons à  côté de toutes ces mères de familles qui, accompagnées de leurs petites tribus, vous agressent dès qu’elles le peuvent comme si vous étiez un de leurs enfants parce que vous bloquez le rayon goûter (ben oui moi aussi j’ai le droit de faire prendre un goûter à 16 heures et j’ai encore plus le droit d’hésiter sur ce que je veux prendre !) non merci.

C’est non sans peine  que j’ai donc décidé de partir affronter toutes ces mères en furie du samedi matin. Sur le chemin, alors que je passais devant le bureau de tabac juste en face du supermarché, j'ai eu subitement envie de jouer. Cela fait des années que je n’avais pas gratté un ticket et cela s’expliquait par le fait que je n’en avais jamais été fan. J'ai toujours été de ceux qui réfléchissent à tout ce qu’ils pourraient faire avec les dizaines de millions qu’ils auraient gagné au loto alors qu’ils ne jouent jamais… Mais samedi matin, une envie irrépressible me tenait et une petite voix me poussait à rentrer dans le tabac.

Je me suis écoutée et je suis rentrée dans le bureau de tabac, mais arrivée devant le buraliste, je ne savais pas trop quoi demander, j’étais un peu perdue vu que depuis toutes ses années, la française des jeux avait mis sur le marché des dizaines de nouveaux jeux. Devant mon hésitation, le buraliste avait sérieusement commencé à s’impatienter, il me fixait avec un regard furieux  et tapotait ses doigts sur le comptoir. Heureusement, j’avais aperçu un jeu dans la vitrine qui n’avait pas l’air trop compliqué :

« Un solitaire s’il vous plaît »

« ça fera 2 euros »

2 euros ? ah oui, quand même, à l’époque c’était pas 10 francs ? Je comprends mieux pourquoi les sommes du loto et de l’euro millions sont devenues si astronomiques !


Je me poussai un peu plus loin sur le comptoir et m’empressai de gratter mes petits diamants. Le principe était simple : il y avait 3 numéros à gauche de mon ticket et 12 diamants à gratter, si je trouvais un des 3 numéros sous un diamant, c’était gagné. Et vous savez quoi, ben j’ai gratté et j’ai GAGNÉ ! 100 euros, oui oui, et c’est toute fière que je suis allée réclamer mon gain au buraliste : « Oh ma première petite chanceuse de la journée, c’est votre copain qui va être content »

« Ah bon, pourquoi ? »

« Ben vous savez  ce qu’on dit : Heureux au jeu, malheureux en amour ! »


Et là, j’ai tout de suite moins apprécié mon gain et pendant qu’il comptait les billets qu’il allait  me donner, je maudissais ce jeu qui allait certainement me porter la guigne pendant un moment . Trouver l’amour ou 100 euros, si j’avais su, je ne serais jamais rentrée dans ce bureau de tabac !

 

Alors pour conjurer ce vieil adage, je me suis dit qu’il fallait que je dépense ces 100 euros tout de suite…et rien n'était mieux que de faire ça dans un magasin de chaussures !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article