Coup de gueule !

Publié le par Hélène

Le réveil est dur, comme tous les matins…mais je dois me lever pour aller au boulot ! Je me répète cette phrase tous les matins depuis quelques semaines, parce que j’ai besoin de vacances, parce que j’ai besoin de changer d’air, parce que je veux prendre le large et que j’attends impatiemment mes prochaines vacances ! Alors pour le moment, je jongle en prenant des RTT par ci par-là, mais rien y fait, chaque matin reste difficile.

Itinéraire d’une working girl : Debout à 7h00, je file sous la douche, m’apprête et claque la porte de chez moi (et je ne prends même pas le temps de petit-déjeuner), pour être à 9h30 au boulot, heure à laquelle je n’arrive jamais depuis quelques mois tant le réseau de la rapt et, plus particulièrement celui du rer A,  s’est dégradé. À l’aller comme au retour, j’y ai droit tous les jours : voyageur malade, accident grave de voyageur, rail cassé, régulation..et j’en passe ! Du coup, mon heure et demie de transport se transforme facilement en 2h voir 2h30, total : 4 heures de transport par jour pour une journée de travail de 8h, je vous laisse faire le ratio.

Une fois arrivée à Asnières-sur-Seine, banlieue (chic pour certains mais aucunement pour moi) du 92, la lutte n’est pas finie, j’ai le choix entre : prendre un bus qui me déposera à 2 minutes de mon agence, ou alors marcher une dizaine de minutes avec des talons surdimensionnés…Si certains pensent encore que je suis une sportive dans l’âme, je le confirme : dans l’âme certainement, physiquement beaucoup moins et puis il ne faudrait pas non plus que je me foule une cheville… Je prends donc le bus…Un bus qui est très souvent blindé puisque le terminus est la gare d’Argenteuil, où il semble y avoir presque tous les jours le marché. Je me retrouve donc la plupart du temps avec des gens qui ont en moyenne 70 ans et dont la seule activité réjouissante est d’aller faire son marché tous les matins. Entre les caddies qui se retrouvent au milieu de l’allée et qui gênent le passage, et la petite odeur du mec ou de la nana qui ne s’est pas lavé parce que, sans doute il est trop tôt, ou alors qu’il vaut mieux allez faire son marché et se laver après (c’est bien connu), je peux vous assurer que retenir sa respiration et enjamber des caddies font de ces 10 minutes passées dans ce bus les plus palpitantes de la journée… Sans compter tous les toussotements que j’essaye d’éviter. Tiens, aujourd’hui, j’ai eu le droit à un jeune collégien assis en face de moi. Il n’avait pas l’air dangereux au début, enfin jusqu’à ce qu’il se mette à tousser dans ma direction sans mettre sa main devant sa bouche ! Ça a juste le don de m’exaspérer, au plus haut point. Je lui ai jeté un regard avec des yeux tellement assassins que la seconde fois qu’il a toussé, il a pris le temps de mettre sa main…main que quelques secondes plus tard, il a déposé sur la barre  où se trouve le bouton d’arrêt pour la prochaine station…beurk, y’a vraiment des gens qui ne respectent rien ! Lorsque je suis enfin arrivée à mon arrêt, je me suis dit que là, c’était la délivrance, enfin si j’omets le fait qu’une dame avec plein de paquets et de sacs, plantée devant les portes de sortie, ne voulait pas faire un pas sur le côté pour me laisser sortir…

Je pense que mon parcours serait bien plus agréable s’il était fréquenté par de beaux jeunes célibataires mais non, même pas, ça, ce serait trop demandé !

 

Bref, ce matin, plus de 45 minutes de retard, un parcours semé d’embûches. Il y a des matins comme ça, où il ne vaudrait mieux pas sortir de son lit…mais bon il faut se dire qu'on est (déjà) jeudi !                                   

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article