EPISODE 9 - La fin

Publié le par Hélène

Le jour J était arrivé. Le premier jour de la nouvelle vie professionnelle de Mr Euphorisant. Il quittait enfin notre petite agence pour une agence bien plus grande, un mastodonte de la pub même.
C'était fini les déjeuners ensemble ou les pauses café avec mon chéri. Et contrairement à d'autres personnes, cela ne me dérangeait pas du tout de travailler dans la même boite que lui. Et lui non plus, sans vouloir parler à sa place, puisqu'il m'avait même dit de postuler dans sa nouvelle boite :“Cela te permettrait d'évoluer au lieu de rester dans cette boite de cons!” m'avait-il dit.
Oui, je voulais évoluer (ça faisait 10 ans que j'occupais le même poste), oui, moi aussi je voulais gagner plus d'argent, mais la vérité c'est qu'à force de rester sur sa chaise, on ne se sent plus capable de faire autre chose... . La vérité c'est que j'avais peur. J'avais donc dis que j'y réfléchirai mais en fait, je n'avais même pas regardé s'ils recherchaient des chargés de projet.

Hedipub était un grosse agence, un mastondonte, avec des filiales sur les 5 continents,  elle faisait partie des agences où il était bon d'avoir travailler. Ils étaient plus de 600 au siège à Paris, c'était 10 fois plus que dans notre agence, enfin désormais j'allais devoir dire “mon” agence. Et qui dit plus de monde, dit aussi plus de filles donc évidemment plus de fessiers rebondis.

Après quelques mois dans sa nouvelle agence, j'avais commencé à remarquer quelques changements chez Mr Euphorisant. Il y avait une sorte de sensation étrange qui flottait dans l'air. Notre relation datait déjà de 8 ans et nous avions nos habitudes : nos soirées Netflix & chill, nos sorties avec nos potes et surtout un cercle d'amis commun. Mais depuis quelques temps, Mr Euphorisant avait délaissé nos habitudes pour passer plus de temps avec ses nouveaux collègues qui devenaient, les mois passants, des potes. Non, je n'étais pas jalouse de ces nouvelles amitiés mais plutôt inquiète de le voir passer moins de temps avec moi.

Et puis c'est arrivé, Mr Euphorisant est devenu Mr Eteint dans notre relation.
Je n'avais pas vu que les afterwork, les dîners, les brunch et même les week-end avec sa nouvelle bande avaient grignoté au fur et à mesure notre relation, en fait ils m'avaient grignotée, moi.  Je n'avais pas compris que dans ses potes il y avaient aussi des “potes” vous savez, celles aux fessiers rebondis. En même temps, avec tous ces "squats challenge", on ne voyait plus que ça, partout, dans le métro, dans la rue, à la plage, au restaurant, les fessiers rebondis avaient envahis notre monde. Et une paire en particulier avait envahi mon monde. Ce qui avait causé l'extinction de Mr Euphorisant et la naissance de Mr Eteint dans notre relation.

Il était toujours sur ton téléphone quand nous étions ensemble  mais pourtant il était toujours sur répondeur quand il n'était pas avec moi.

Il était temps que je discute avec Mr Eteint afin de comprendre ce qu'il se passait.

J'avais réservé dans notre restaurant préféré, enfin mon restaurant préféré. Non loin de la place de la République, ambiance nature et menu healthy, je me disais que pour se dire les choses il valait mieux miser sur une atmosphère zen.

“Ne crois pas que j'ai voulu aller voir si les fesses étaient plus rebondies ailleurs”
- :"Hélène ? Hélène ? Tu m'écoutes? T as l'air ailleurs."
Oui, en effet et comment! j'imaginais mille et une paires de fessiers rebondis flottants dans l'air comme des ballons qu'on aurait lancé le jour d'un mariage, le jour de notre mariage.

- :“Oui donc ne crois pas que j'ai voulu aller voir si l'herbe était plus verte ailleurs, tu sais c'est juste arrivé comme ça, à force de se côtoyer, de passer du temps ensemble...”
...
...
...
“Et tu sais, si ça peut te réconforter, elle aussi a quitté quelqu'un.”

Le serveur arriva :"C'est pour qui le moelleux au chocolat sans gluten...sans sucre et sans chocolat?"
Tu parles d'un moelleux au chocolat.
J'ai su à cet instant que je ne mangerai plus jamais dans ce resto, le moelleux au chocolat avait un gout amère.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article